Partagez | .
 

 Le long de la rivière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 21
Date d'inscription : 05/08/2013
Lums : 10
avatar
Gardienne du Jugement
Reine Rouge
MessageSujet: Le long de la rivière   Mar 10 Sep - 17:50

L'illustre reine marchait en compagnie de son escorte au bord de cette rivière si mal appelée. L'Atros, un mot qui semblait vouloir dire atroce mais qui pourtant avait un semblant de majestie* grotesque. Elle s'arrête et son escorte suit le mouvement. La monarque regarde l'eau refléter son visage tout en le déformant. Elle grogne de ne pas avoir l'admiration de l'Atros avant de jeter une pierre en ces eaux trop calmes. Meyril soupire puis se remet en marche, pestant contre cette atroce rivière impolie de sa passivité.

La nature devrait s'incliner devant sa grandeur, les monstres devraient l'admirer pour sa force, les Contes devraient lui prêter allégeance ! Mais tout ce monde se montrait orgueilleux ! Impoli ! Et qui plus est il osait contester l'autorité de Sa Majesté ! Au diable qu'ils aillent, tout autant que ce chat de malheur ou ce roi borné à ne pas céder sa ville !

Tous des mécréants ! Des hérétiques ! Ils devaient périr sous son jugement. De rage, déjà énervée par de simple pensées, elle donne un coup de pied dans une pierre qui part valser elle ne sait où. Un soupir puis elle congédie sa garde pour rester seule à observer l'Atros déverser son flot d'eau impure pour la monarque.

Habillée de son habituelle robe rouge, Meyril ne peu marcher facilement, aussi elle trébuche de temps à autre sur la rive en pestant à chaque caillou qui ose s'interposer sur son chemin. Puis elle se met à parler seule, râlant comme à son habitude sur ce pays où personne ne le respectait à sa juste valeur, elle râlait, disait que le monde entier devait la remercier pour tout ce dont elle avait fait.

Seule, elle se croyait seule, enfin, se croyait.

*Je veux inventer ce mot, na !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 07/09/2013
Lums : 10
avatar
Comme un autre
Alice
MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Jeu 12 Sep - 18:21

Alice ne savait pas vraiment ou elle allait. Elle se baladait seulement… Mais… A onze ans, sait-on vraiment quels dangers le monde possède ? Alice regardait au loin. Elle fixait l’eau qui dansait calmement. Et suivait son petit  bout de chemin... Elle s’approcha de la rivière, en silence, puis s’assit sur l’herbe verte et douce. L’odeur de la chlorophylle pénétrant dans ses narines, elle fixa l’eau et ses ondées, tranquilles, sereines et… Si belle…

Alice se perdit dans ses pensées, pensant à ses parents, à sa famille… A sa sœur. Puis elle se rappela qu’elle n’était pas chez elle. Mais, qu’elle vivait dans un monde dirigé par une reine… Cruelle. Oui mais… ça, elle ne pouvait pas vraiment le comprendre. Chaque enfant est naïf, non ? D’un coup, elle entendit du bruit venir de nulle part. Elle sursauta, puis dirigea son regard sur la provenance du son. Et aperçu  une escorte s’approcher dangereusement d’elle. Avec, à sa tête, la reine. Alice lança un dernier regard sur les ondées, puis alla se cacher : Alice ne voulait pas se confronter à elle, elle n’avait pas confiance… Elle n’avait
plus confiance, si petite, si jeune. Et pourtant, elle avait compris que cette reine n’était pas… Admirable, pas comme les princesses des contes de fées…
Alice l’observa de loin, calmement. L’observa marcher puis faire stopper les hommes qui était à sa suite. Avant de continuer son chemin. Elle l’entendit  pester, maudire de simple caillou. Des cailloux inoffensifs. Contre le monde, leur monde. Contre tout ce qu’elle croisait. Alice se mordit les lèvres. La reine était vêtue de la couleur royale, celle-ci… N’inspirait à Alice que haine et mépris. Mais… L’enfant ne voulait pas faire comme cette méchante reine… Une fois que la reine fût seule, Alice sorti de sa cachette puis alla à la rencontre de la reine, essayant de cacher son mépris, son dégout…

Elle s’approcha de la rivière.


-« Votre majesté. »

Ses deux mots étaient remplis d’amertume et de mépris.

-« Vous pestez contre le monde, dit-elle, mais… Vous ne pouvez pas connaître la vie que chaque chose mène, chaque être vivant. »

Elle avait peut-être onze ans, mais… En cet instant précis, rien ne pourrait lui changer cet air de sagesse qu’elle affichait. La fillette sentait qu’elle allait le regretter. Mais… Elle était jeune. Jeune et innocente.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Date d'inscription : 05/08/2013
Lums : 10
avatar
Gardienne du Jugement
Reine Rouge
MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Ven 13 Sep - 19:45

Meyril soupira d'exaspération en contemplant le monde lorsque soudain cette fillette agaçante apparu pour venir lui parler et lui faire la morale. La Reine rit, nerveuse, lorsque la gamine se mit à explique elle ne savait trop quoi sur la vie et les animaux. Ici la vie c'était elle et ce n'était sûrement pas une gamine de l'âge de cette peste qui allait lui faire la morale.

Sachant ses gardes au plus loin, c'est elle qui leur en avait donné l'ordre, la monarque rouge prit un air hautain et regarda dédaigneusement Alice petite fille qui l'embêtait rien qu'à l'évocation de son prénom. Non, en faite tout l'énervait aujourd'hui. elle ne savait pas pourquoi mais le monde lui donnait envie de faire la guerre, de massacrer en une joyeuse chanson.

Oh elle pouvait très bien le faire mais le soucis c'est qu'à cause de ce chamboulement la plupart de ses gardes avaient quitté le service, ayant peur qu'une quelconque catastrophe. Bien entendu, la Reine n'avait pas du tout aimé ça et en avait enfermé la plupart dans les geôles du palais. On pouvait donc entendre la nuit des râles de douleur, des appels à l'aide ou encore des supplications pour un peu d'eau ou de nourriture.

Meyril n'aimais pas gaspiller et disait que les prisonniers n'avaient pas besoin de manger très souvent puisqu'ils avaient mal fait, puisqu'ils l'avaient contredit, offensé. Un large sourire sadique nait sur son visage tandis que ses yeux verts vont se poser sur la gamine blonde. Plus grande qu'elle, la Reine profite de cet avantage pour montrer sa supériorité. Elle croise les bras sur sa poitrine, certes c'était inconvenant mais elle était la reine !

- Petite insolente ! Je pourrait te faire enfermer de suite pour ce qu tu viens de dire, mais je suis de bonne humeur aujourd'hui.

Grande blague, sa majesté avait des envies de meurtres à l'encontre d'Alice mais elle voulait s'amuser un peu avec cette fillette qui avait de la répartie.

- Tu ne sais pas ce qu tu dis, tu ne sais pas qu'ici la vie c'est moi. Je décide qui doit vivre et qui doit mourir, ainsi est l'ordre des choses, dit-elle d'un ton froid.

Soupirant avec lassitude, Meyril détourne le regard pour observer la grande étendue de vert. Tout était beaucoup trop vert pour elle, elle songeait même à changer tout cela en construisant ici une nouvelle ville industrielle qui pourrait profiter des courants hideux de l'Atros.

- Cet emplacement est parfait pour ça ! dit-elle à voix haute. Dès mon retour au château je convoque les meilleurs architectes et je fais de cet endroit une ville qui portera le nom d'Indred.

Elle venait de totalement oublier la gamine, mais sont soudain projet était beaucoup plus intéressant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 07/09/2013
Lums : 10
avatar
Comme un autre
Alice
MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Mar 17 Sep - 19:40

-Reine Rouge- « Petite insolente ! Je pourrais te faire enfermer de suite pour ce que tu viens de dire, mais je suis de bonne humeur aujourd'hui. »

De bonne humeur ? Alice sourit. Pourquoi l’idée seule d’imaginer la reine de bonne humeur lui paraissait… Si… Improbable ? Elle n’en croyait pas un mot. Mais…

-Reine rouge- « Tu ne sais pas ce que tu dis, tu ne sais pas qu'ici la vie c'est moi. Je décide qui doit vivre et qui doit mourir, ainsi est l'ordre des choses. »

Alice sentit le ton glacé qu’elle adoptait. Ainsi, cette dite reine avait le droit de vie et de mort ? Mais pour qui se prenait-elle ?! Pour Dieu ? Alice ne laissa pas transparaitre son mépris, ni le fait qu’elle la trouvait… Dicta... Dictatirce ? Dictatrime ? Euhm… Enfin, elle ne connaissait pas le mot exact… Mais elle savait que cette reine n’était pas digne de son titre, elle devinait chez cette reine un égoïsme profond, et, c’est cela qui l’énervait au plus haut point. La reine soupira, d’un coup. Puis détourna le regard. Alice trouvait cela plus qu’impolis et mal placé. D’autant plus qu’elle se devait de montrer le bon exemple… Elle retint un soupir.

-Reine Rouge- « Cet emplacement est parfait pour ça ! Dès mon retour au château je convoque les meilleurs architectes et je fais de cet endroit une ville qui portera le nom d'Indred. »

De quoi parlait-elle ? Alice n’aimait pas du tout ce qu’elle disait. Indred ? Pourquoi créer une ville ici, alors que le paysage était si beau, paisible ? Qui avait-il de si… Si… Enfin, voilà, quoi !

-« Vous comptez créer une ville ? Quel en est l’intérêt ?»

Alice n’était encore qu’une enfant, et… Elle était vive d’esprit et ne réfléchissait pas vraiment avant de parler…

-« Et les animaux ? Les pauvres ! Vous ne pensez donc qu’à vous ! Vous et vos idées… Étranges ! Vous ne savez pas ce que vous dites ! Vous ne comprenez pas que vous faites plus de mal que de bien. Et c’est ça, qui est le plus triste, dans tout cela. »

Alice ferma les yeux, commençant à détester de plus en plus cette dite reine.

-« Vous vous dite reine, mais… Vous n’en êtes pas digne, avoua la petite fille. »

Impulsive, vous dites? Non. Alice est seulement jeune, trop jeune pour savoir qu’il faut aller doucement pour dire certaines choses. Et, qu’il faut parfois prendre plusieurs chemins, plusieurs directions pour faire comprendre à l’autre ce qu’il doit comprendre. Mais… Alice ne va, pour ainsi dire, pas par quatre chemins.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 21
Date d'inscription : 05/08/2013
Lums : 10
avatar
Gardienne du Jugement
Reine Rouge
MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Lun 23 Sep - 18:43

Elle rit, mauvaise, à l'entente des mots de la gamine. Elle, indigne de posséder son trône ? Qu'elle était bonne cette blague. Mais elle redevint sérieuse et planta son regard froid dans celui de l'enfant. Un rictus vint naître sur ses lèvres tandis que trois gardes approchaient.

- Ma chère enfant, sache que cet endroit m'appartient, sache que les animaux qui vivent ici ne sont que des monstres sans pitié pour dévorer des enfants comme toi.

Elle s'approche de la gamine et se place derrière elle. Sa main nue aux ongles longs et vernis de vermeil viennent se glisser sous la gorge d'Alice tandis que son souffle vient titiller le cou de cette belle enquiquineuse.

- Comme ça, dit-elle en laissant délicatement ses ongles tracer un chemin au travers la gorge de l'enfant, ils te sectionnent ici puis te laissent te déverser de ton sang, et ensuite, continua-t-elle en descendant sa deuxième main sur la hanche d'Alice, ils t'ouvrent ici et se repaissent de ta chair. Alors gamine, crois-tu vraiment que les animaux d'ici soient tendre et innocents ? Crois le tu vraiment ?

Elle se recule et laisse échapper un soupire de lassitude. Croisant les bras, elle laisse le vent soufflet dans ses cheveux avant de continuer.

- Tu es bien naïve Alice, tu ne sais rien du monde qui t'entoure et pourtant tu le défends. Comme je le disais, je pourrais te tuer sur le champ mais je suis de bonne humeur alors ne m'énerves pas petite sotte.

Elle avait dit cela sur un ton calme et froid. Les trois cartes étaient à présent près de la Reine, prêt à lancer un quelconque assaut. La monarque leur fait signe de baisser leur arme et regard la rivière.

Une feuille tombe et vient se poser délicatement sur les flots qui l'emportent loin, très loin de chez elle. La reine n'aime pas la nature, elle trouve cela répugnant. Elle préfère la ville et la modernité, elle préfère voir des mécanismes marcher que de regarder la nature s’épanouir.

Meyril joue à un jeu, et elle est la seule à posséder les cartes maîtres. Pourtant dans ce jeu de tricheur il lui manque deux cartes: les jokers. Le Grand Méchant Lapin et ce maudit Chat l'empêchent d'avancer là où elle veut, ils l'empêchent mais elle ne sait pas pourquoi. Alors que cette gamine ne vienne pas elle aussi lui mettre des bâtons dans les roues où elle risque de finir le reste de ses jours avec la tête sous le bras.

La reine fait signe aux gardes de s'emparer d'Alice.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 35
Date d'inscription : 07/09/2013
Lums : 10
avatar
Comme un autre
Alice
MessageSujet: Re: Le long de la rivière   Jeu 26 Sep - 15:13

Alice comprit bien vite son erreur… La reine éclata de rire, mais… On aurait dit un rire jaune. Alice entendit des pas de fer, s’approcher… Le cœur de la fillette se mit à battre la chamade. Elle se mit à se maudire de ne pas comprendre et d’être si petite. Mais…

-Reine Rouge-« Ma chère enfant, sache que cet endroit m'appartient, sache que les animaux qui vivent ici ne sont que des monstres sans pitié pour dévorer des enfants comme toi. »

La reine s’approcha de la jeune fille, qui n’entendit que plus encore son cœur s’affoler. La reine passa derrière Alice, puis fit glisser –ce qu’Alice aurait pris pour des griffes- ses ongles sous la gorge de la fillette. Alice prit peur, que faisait cette reine? Se plaisait-elle à l’effrayer ? L’enfant était perdue, et comprit qu’elle avait fait une bêtise. Mais…

N’imaginait pas et ne comprenait pas laquelle… On lui avait toujours dit qu’il fallait dire la vérité… Mais… Pourquoi la reine agissait-elle ainsi ? Alice lui avait dit la vérité, pourtant… Alice sentit un souffle qui lui glaça le sang passé sur son cou, elle frissonna. À mi-terrifiée… Mi-surprise du geste de la reine qui se remit à parler tout en traçant une ligne horizontale sur sa gorge :


-Reine Rouge-« Comme ça, ils te sectionnent ici puis te laissent te déverser de ton sang. »

La reine descendit sa deuxième main sur la hanche d’Alice, cette dernière n’était pas rassurée du tout. Mais… Ne savait pas comment réagir. Des monstres ? Mais même les monstres ont un cœur, une âme et un côté positif. Non ?

-Reine Rouge-« Ils t’ouvrent ici et se repaissent de ta chair. Alors gamine, crois-tu vraiment que les animaux d’ici soient tendus et innocents? Le crois-tu vraiment ? »

Alice était perdue. La reine lui mentait-elle ? Après tout, elle n’avait pas un bon fond… Mais… Alice doutait qu’elle ne lui mente. Peut-être avait-elle raison ? Les animaux d’ici n’étaient pas comme ceux qu’elle connaissait, après tout…

La Reine Rouge recula, poussant un soupir, permettent ainsi à Alice de reprendre ses esprits. Que penser? Alice ne savait pas.

-Reine Rouge-« Tu es bien naïve Alice, tu ne sais rien du monde qui t'entoure et pourtant tu le défends. Comme je le disais, je pourrais te tuer sur-le-champ mais je suis de bonne humeur alors ne m'énerve pas petite sotte. »

Le ton de la reine fit froid dans le dos : Calme et froid. Alice fixa la reine, se laissant tomber au sol. Remarquant les cartes près de la reine, Alice comprit enfin qu’elle n’aurait pas dû lui dire la vérité. Qu’elle aurait dû mentir, trahir les règles qu’on lui avait inculquées. Mais…

Alice fixait à présent la rivière, fixant la feuille qui tombait silencieusement sur l’eau, créant des ondées gracieuse, belle. Alice aimait cette scène, elle la trouvait apaisante. La nature ne demandait rien à personne, juste qu’on la laisse suivre son cours. Alice pensait ça de tout, toute chose voulait suivre son cours… Mais cette reine n’était sans doute pas du même avis qu’elle. Alice lança un soupir de tristesse, comprenant que ce que la reine venait de dire… Que ce qu’elle venait de dire était rempli de mépris, d’amertume...

D’un coup Alice sentit les deux Cartes la soulever par les bras pour la forcer à les suivre.

Ils partirent, à pied vers… Ce qu’Alice devinait être le château de la Reine Rouge. Elle soupira, et prit peur.


-« Pourquoi m’emmenez-vous si vous me trouvez sotte ? »

Un jour, Alice devrait apprendre à se taire. Mais… Ce ne serait pas aujourd’hui...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le long de la rivière   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le long de la rivière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Il ne manquait plus que toi.[PV Rivière 'Argentée]
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Inauguration du Pont sur la Rivière Pendu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pays Chamboulé :: Pays Chamboulé :: La Plaine Sans Nom :: L'Atros-